Comment construire un PC de jeu

La création de votre propre PC booste l'expérience de jeu et permet de changer les composants en fonction des besoins.

La séparation du processus de construction d'un PC de jeu en des étapes gérables le rend beaucoup moins intimidant. Même si vous êtes un novice, ce n'est pas grave ! Aucune expérience de construction antérieure n'est requise.1 2 3

La construction d'un PC de jeu à partir de rien est le moyen le plus sûr de se munir d'un système qui soit en mesure de satisfaire toutes vos exigences. Le contrôle de tout ce qui va dans votre PC, de l'alimentation à tout ce qui suit, vous donne le pouvoir de jouer aux jeux vidéo qui vous plaisent, à des fréquences de trame désirées. De plus, on peut effectuer librement des mises à niveau sur un PC fait maison en fonction de l'évolution de la technologie et de nos besoins et en fonction de nos changements de goûts en matière de jeu, tant que notre budget nous le permet.

Bien que la construction d'un PC puisse paraître impressionnante, force est de constater qu'il n y a rien de bien sorcier, surtout quand vous procéder en des étapes gérables. Nous avons donc préparé ce guide qui détaille chaque étape à suivre pour construire son premier PC de jeu, agrémenté de conseils et d'astuces de nos experts.

Déterminer ce qui vous convient le mieux : PC préconstruit ou sur mesure ›

PRÉP. 1 : Outils d'assemblage de PC

La première chose à faire pour vous préparer consiste à rassembler les outils dont vous aurez besoin pour terminer la construction de votre PC. La préparation préalable des matériaux ci-dessous est importante pour le bon déroulement du processus de construction.

  • Espace de travail. Vous aurez besoin d'une grande surface sur laquelle travailler, par exemple une table. Pour éviter les décharges électrostatiques accidentelles (susceptibles d'endommager les composants sensibles), veillez à ne pas vous trouver sur une surface recouverte d'un tapis.
  • Tournevis. Vous aurez besoin d'un tournevis cruciforme N°2 pour quasiment tout. Pour l'installation d'un dispositif M.2, vous aurez besoin d'un tournevis Phillips cruciforme N°0.

Conseil de pro : Des tournevis aimantés vous empêcheront de faire tomber des vis à l'intérieur du boîtier (la pointe aimantée est très peu dure et ne devrait avoir aucun effet sur vos composants).

  • Système d'organisation. La plupart des composants sont fournis avec des pièces supplémentaires, certaines facultatives et d'autres obligatoires pour l'installation dans votre système. Vous devrez trouver un moyen de ranger les vis assorties, les attaches rapides, les câbles, les manuels, etc. associés à chaque composant. Sans une bonne organisation, ces outils peuvent facilement se mélanger.

Conseil de pro : Pour les vis assorties, nous recommandons des plateaux magnétiques ou des plateaux avec plusieurs petits compartiments, comme des boîtes d'œufs ou des piluliers vides.

  • Plusieurs sources de lumière. Construisez dans un endroit bien éclairé ayant plusieurs sources de lumière. Vous n'avez pas à vous soucier du blocage de votre seule source de lumière en vous penchant sur le châssis. Conseil de pro : Une source de lumière mobile vous aidera à éclairer les coins et les recoins de votre boîtier. Une lampe frontale est idéale, car elle laisse vos mains libres, mais vous pouvez aussi utiliser une lampe de poche, votre téléphone ou une lampe de bureau.
  • Bracelet antistatique. Pas strictement nécessaire, mais utile pour protéger les composants des décharges électrostatiques pouvant accidentellement causer des dégâts matériels. (Bien que la probabilité d'un tel événement soit relativement faible, il vaut mieux être prudent, et les bracelets antistatiques sont bon marché.)
  • Liens zippés. Bien qu'ils soient loin d'être indispensables, la fixation des câbles donnera fière allure à l'intérieur de votre PC. Si vous n'en avez pas besoin, vous pouvez toujours vous débrouiller avec les liens torsadés (soit un excédent provenant de l'emballage des composants). Vous pouvez aussi utiliser des bandes Velcro. Certaines sont même fournies avec les composants.
  • Ciseaux. Enfin, les ciseaux vous serviront à couper les liens zippés et à déballer les composants.

PRÉP. 2 : Boîtiers de PC de jeu

Avant de commencer à choisir les composants, vous devez avoir une idée du boîtier (ou, du moins de la taille de boîtier) que vous voulez.

Le choix du boîtier dépend de l'endroit où se trouvera l'ordinateur. L'emplacement final de votre PC dictera jusqu'où vous pourrez aller (ou pas). Il vous aidera également à déterminer si les diverses caractéristiques des boitiers haut de gamme valent le coup d'œil. Loin de vous l'envie d'acheter un panneau latéral en verre trempé si votre ordinateur sera caché sous le bureau, par exemple.

Les boîtiers sont généralement disponibles en trois tailles : grande tour, moyenne tour et mini‑tour. Il s'agit de catégories trop générales (les tailles des boîtiers ne sont pas normalisées chez les fabricants), s'appuyant sur la taille de la carte mère.

Boîtiers de grande taille

Les boîtiers de grande taille sont conçus pour correspondre aux cartes mères ATX étendu et aux cartes mères ATX grand format. Ils mesurent généralement 55 à 60 cm de hauteur, 45 à 50 cm de long, et plus de 20 cm de large.

Vous aurez très probablement besoin d'un boîtier de grande taille si vous voulez utiliser une carte mère ATX étendu (bien que ces cartes mères puissent être logées dans des boîtiers de taille moyenne) ou si vous voulez installer un vaste système de refroidissement ou une autre unité de stockage. Bien que les boîtiers de grande taille puissent également héberger des cartes mères mini ITX, elles n'offrent pas d'avantages réels si l'on conçoit sa construction suivant cette structure.

Boîtiers de taille moyenne

Les boîtiers moyen tour sont conçus pour héberger les cartes mères ATX grand format. En général, la moyenne tour représente la taille de boîtier la plus courante. Leurs dimensions varient légèrement, mais ils mesurent en général 45 à 50 cm de hauteur, 43 à 50 cm de long et 15 à 20 cm de large.

Les boîtiers de taille moyenne sont suffisamment larges pour installer un jeu exigeant des cartes graphiques, plusieurs disques durs et un système de refroidissement modeste.

Boîtiers de petite taille

Les boîtiers de petite taille, encore appelés constructions à petit facteur de forme (SFF), sont compacts et conçus pour s'adapter à un certain nombre de cartes mères de plus petite taille, telles que les cartes mères mini-ITX.

Même si les constructions à petit facteur de forme ont beaucoup évolué depuis des générations, les boîtiers de petite taille (en particulier celles qui utilisent les cartes mères mini‑ITX) exigent un choix avisé des composants (vous aurez peut-être besoin de composants spécialement conçus pour les configurations compactes, comme des processeurs graphiques demi-longueur) et du système de refroidissement. Une fois l'assemblage terminé, ils laissent peu de possibilités de mise à niveau.

C'est la raison pour laquelle nous ne conseillons pas de constructions à petit facteur forme aux novices. Elles peuvent néanmoins constituer un défi amusant si vous avez déjà construit un PC ou deux.

Une fois la taille déterminée, cherchez un boîtier qui s'en rapproche. Si vous n'avez pas de choix de taille spécifique, il est préférable de commettre des erreurs sur le boîtier de grande taille. Vous découvrirez sans doute qu'il est plus facile de travailler sur un boîtier plus grand et effectuer les mises à jour de votre PC deviendra une vraie partie de plaisir à l'avenir.

Cela étant dit, un petit peu plus grand c'est bien, mais beaucoup plus grand n'est pas nécessairement mieux : les grands boîtiers peuvent surchauffer s'ils ne sont pas correctement refroidis.

Toutes les tailles de boîtiers sont disponibles dans différentes gammes de prix. Vous devriez donc facilement trouver un boîtier correspondant à votre budget. Les boîtiers plus chers peuvent proposer des options haut de gamme et pratiques, comme un amortisseur de son, des matériaux de qualité supérieure, des cages à disque dur amovibles et un système d'organisation des câbles plus intéressant. Néanmoins, ces options n'affectent généralement pas les performances de façon notable.

PRÉP. 3: Pièces de PC de jeu

Il est maintenant temps de rassembler vos composants. Pour cette étape, vous pouvez procéder vous-même à une recherche approfondie pour chaque composant et créer votre système à partir de rien ou trouver en ligne un système pré-assemblé et le modifier selon votre budget et vos besoins spécifiques. 

Il est fortement recommandé d'établir un budget avant de se lancer dans le choix des composants (c'est facile d'avoir la fièvre acheteuse quand il s'agit d'acheter des composants). Rappel : Il est possible d'effectuer les mises à jour de chaque composant à une date ultérieure.

Conseil de pro : Dressez une liste avant de vous lancer dans des achats, car tous les composants doivent être compatibles entre eux.

Conseil de pro : Si vous construisez ce PC pour jouer à un titre en particulier, vérifiez la configuration requise recommandée pour ce jeu et choisissez les composants en conséquence.

En plus du boîtier, voici les autres composants nécessaires à la construction d'un PC de jeu :

  • Processeur
  • Carte mère
  • Mémoire (RAM)
  • Processeur graphique (GPU)
  • Stockage
  • Bloc d'alimentation
  • Refroidissement du système
  • Refroidissement du système
  • Périphériques de jeux
  • Système d'exploitation

Examinons ce que fait chaque composant, pourquoi il est nécessaire et ce à quoi vous devez être attentif pendant vos achats.

Processeur

Le processeur (ou unité centrale de traitement, CPU) représente le cerveau de votre PC. C'est là que la magie opère. Quand un programme informatique est en cours d'utilisation, il transmet une liste d'instructions (qui ressemblent en fait davantage à des tâches) au processeur. Celui-ci exécute chaque « instruction » et envoie des signaux aux autres composants pour leur indiquer quand ils doivent effectuer une tâche.

Il existe deux mesures de performances principales pouvant vous aider à choisir le processeur le plus adapté à vos besoins : le nombre de cœurs et la fréquence d'horloge.

Le nombre de cœurs indique combien de processeurs le processeur possède, en d'autres termes, combien de tâches le processeur peut effectuer simultanément.

La fréquence d'horloge nous indique la rapidité d'exécution du processeur pour chaque tâche.

Certains processeurs plus haut de gamme bénéficient de l'hyper-threading, qui permet à chaque cœur d'exécuter plusieurs fils (threads) et d'offrir des performances améliorées sur les logiciels multithreads.

Conseil de pro : La plupart des processeurs actuels étant multicœurs et de nombreux jeux étant conçus pour en profiter, nous vous conseillons de chercher un processeur avec au moins quatre cœurs. Des cœurs supplémentaires peuvent s'avérer utiles quand vous commencez à superposer plus de tâches, par exemple quand vous enregistrez votre partie tout en la diffusant en streaming.

Carte mère

La carte mère représente le circuit principal. Elle est connectée à tout. Le processeur est placé directement sur la carte mère (votre processeur et votre carte mère doivent être compatibles ( lntel® Desktop Compatibility Tool, l'outil de compatibilité Intel® Desktop, peut vous aider) et tous les autres composants (cartes graphiques, disques durs, mémoire, disques optiques, cartes sans‑fil) s'insèrent dans la carte mère.

Une technique efficace pour circonscrire vos choix de carte mère est de les acheter en fonction de leur taille. Les formats les plus courants sont : ATX étendu, ATX, Micro‑ATX et Mini‑ITX.

  • Le format ATX étendu est le plus grand (soit 30 × 33 cm ou 30 × 25 cm) et peut disposer de huit emplacements de RAM (capacité maximale de 128 Go de RAM).
  • Le format ATX est légèrement plus petit (soit 30 × 24 cm) et dispose en général de quatre emplacements de RAM.
  • Les cartes mères Micro-ATX (24 × 24 cm) peuvent également disposer de quatre emplacements de RAM.
  • Les cartes mères Mini-ITX représentent le format le plus réduit et compact des quatre (17 × 17 cm) et possèdent souvent deux emplacements de RAM.

Conseil de pro : Comme chaque composant doit être connecté à la carte mère, choisissez une carte mère suffisamment grande pour loger le matériel actuel et futur.

Mémoire (RAM)

La mémoire vive (RAM) désigne la mémoire à court terme de votre PC. Elle est plus rapide et plus facile d'accès que la mémoire à long terme de votre PC (la mémoire de stockage, notamment une unité de stockage SSD ou un disque dur), mais elle est aussi temporaire.

Le PC y stocke les données qu'il utilise activement (« listes d'instructions » que le processeur doit lire et exécuter). Déterminer la quantité de RAM nécessaire peut s'avérer difficile, car une RAM de capacité supérieure à vos besoins ne sera d'aucune utilité (à part gaspiller de l'argent) et trop peu de RAM aura des répercussions négatives sur les performances de votre PC.

Dans l'idéal, vous voulez la quantité de RAM parfaite pour votre système Toutefois, de manière générale, la plateforme de jeu moyenne nécessite 8 à 16 Go de RAM.

Quand vous achetez la mémoire, tenez surtout compte de la capacité RAM prise en charge par votre carte mère et votre processeur. Une RAM plus rapide que ce que votre système prend en charge diminuera sa vitesse pour s'adapter aux capacités de votre système.

Pour plus d'informations sur l'achat de RAM adaptée à votre système, consultez notre manuel sur les mémoires RAM.

Conseil de pro : Si vous optez pour une RAM à grande vitesse, choisissez un modèle avec prise en charge de l'outilIntel® Extreme Memory Profile (Intel® XMP). En effet, elle fonctionnera à une vitesse standard (inférieure à celle annoncée) si elle n'est pas overclockée, et l'outil Intel® Extreme Memory Profile (Intel® XMP) facilite l'overclocking avec des profils prédéfinis et testés.

Processeur graphique

Il existe deux types de processeurs graphiques : intégrés et dédiés.

Les premiers sont intégrés au processeur. Ils se sont nettement améliorés au fil des années, mais sont généralement moins puissants que les cartes graphiques séparées.

Les cartes graphiques dédiées sont de grands composants puissants qui s'insèrent à la carte mère via un connecteur PCIe*. Elles sont fournies avec leurs propres ressources, notamment une mémoire vidéo et (le plus souvent) un système de refroidissement actif. Une carte graphique séparée est indispensable pour les gamers qui jouent à des jeux intenses riches en graphismes. Les joueurs sérieux chercheront des cartes graphiques qui produisent une fréquence homogène d'au moins 60 IPS à la résolution souhaitée (une fréquence inférieure donnera des images saccadées). Ceux qui veulent jouer en réalité virtuelle doivent chercher des cartes qui produisent une fréquence homogène d'au moins 90 IPS.

Conseil de pro : Le processeur graphique n'est pas le seul composant ayant une influence sur la fréquence d'image ; il est donc important d' équilibrer votre construction pour éviter les problèmes de performances ailleurs.

Conseil de pro : Les cartes graphiques haut de gamme sont chères. Si vous devez réduire les coûts, cherchez la dernière génération, car le processeur graphique de la génération précédente peut offrir des résultats similaires à un prix inférieur.

Stockage : unités de stockage SSD (notamment avec mémoire Intel® Optane™) et disques durs

Il existe deux types de stockage principaux : les unités de stockage SSD (comme la mémoire Intel® Optane™) et les disques durs (HDD). Il existe des avantages et des inconvénients liés au choix d'un disque dur ou d'une unité de stockage SSD, mais la bonne nouvelle est que vous n'avez pas à trancher entre les deux.

Les disques durs stockent les données sur un plateau rotatif. Les plateaux utilisent du matériel magnétique pour stocker les données, lesquelles sont ensuite récupérées à l'aide d'un bras mécanique.

Les disques durs sont disponibles sous deux formats :

  • Un format de 6 cm, plus répandu dans les ordinateurs portables, qui a une fréquence de rotation générale de 5 400 tours par minute
  • Un format de 8 cm, plus répandu dans les ordinateurs de bureau et dont les fréquences de rotation sont plus rapides, dépassant souvent les 7 200 tours par minute

Les unités de stockage SSD utilisent une mémoire flash basée sur NAND, semblable mais aussi plus rapide et plus fiable que celle utilisée dans un lecteur USB pour le stockage des données. À la place d'un bras mécanique, les SSD utilisent des processeurs intégrés pour accéder aux données stockées, les rendant beaucoup plus rapides et moins enclins à une panne mécanique contrairement aux disques durs. La vitesse et le côté pratique des unités de stockage SSD ont un prix, néanmoins, elles sont plus coûteuses par gigaoctet que les disques durs.

Les unités de stockage SSD modernes existent sous deux protocoles :

  • La norme SATA (Serial Advanced Technology Attachment), qui est le plus ancien des deux protocoles et fonctionne avec une latence élevée et une bande passante maximale inférieure
  • Le protocole NVMe*(Non-Volatile Memory Express*), qui utilise l'interface PCI Express* pour obtenir des performances supérieures

Outre les unités de stockage SSD et les disques durs traditionnels, il existe une option qui aide à combler le déficit de vitesse : l'accélérateur de mémoire de stockage Intel® Optane™. La mémoire Intel® Optane™ utilise la technologie de mémoire 3D XPoint pour accélérer les disques les plus lents (principalement les disques durs) en stockant les données fréquemment utilisées et les modèles d'accès. La mémoire Intel® Optane™ se souvient des jeux que vous utilisez le plus souvent et utilise ces données pour accélérer le lancement des jeux et le chargement des niveaux.

Conseil de pro : Vous n'êtes pas obligé de choisir entre les deux. De nombreux utilisateurs disposent d'une petite unité SSD comme disque d'amorçage (pour le système d'exploitation, les jeux et autres programmes) et remplissent le reste de leurs baies avec des disques durs peu onéreux pour une capacité de stockage maximale.

Bloc d'alimentation

 Le choix du bloc d'alimentation est une étape essentielle dans toute construction. Le bloc d'alimentation doit être de qualité et suffisamment puissant pour gérer tous les composants actuels et futurs. Une bonne garantie est appréciable.

Il existe différents types de blocs d'alimentation : non modulaires, semi-modulaires et modulaires.

  • Les non modulaires sont fournis avec tous les câbles fixés de manière permanente. Il s'agit de l'option la plus économique. Il est toutefois nécessaire de trouver un endroit où ranger tous les câbles inutilisés. Un nombre trop important de câbles inutilisés entraîne un certain encombrement susceptible d'obstruer la ventilation et, au final, de diminuer les performances du PC.
  • Les semi-modulaires constituent la meilleure option pour la majorité. Ils sont fournis avec une poignée de câbles essentiels fixés et sont plus abordables que les blocs d'alimentation modulaires.
  • Le travail est plus facile avec les blocs d'alimentation modulaires que les blocs d'alimentation semi-modulaires. Toutefois, ce côté pratique en plus se vend à prix d'or.

Système de refroidissement : refroidissement du processeur et ventilation du châssis

Il existe deux façons principales de refroidir son PC: le refroidissement par air et le refroidissement par liquide. 

Le refroidissement par air utilise des ventilateurs pour canaliser l'air chaud dans l'ensemble de votre système et l'éloigner des composants pour empêcher leur surchauffe. Le coût et la facilité d'installation (les ventilateurs sont plus petits et plus faciles à installer dans un châssis encombré) représentent les principaux avantages du refroidissement par air. Cette méthode présente néanmoins des limites. Comme elle dépend d'une circulation efficace de l'air à l'intérieur du boîtier pour éloigner l'air chaud des composants, toute obstruction peut s'avérer problématique.

La seconde méthode utilise un liquide de refroidissement (comme de l'eau distillée) pour absorber la chaleur des composants et la transférer vers une zone moins étroite (où se trouve le radiateur). Le refroidissement par liquide dépend moins de la circulation de l'air à l'intérieur du châssis. Il est donc plus efficace pour refroidir des composants spécifiques. Néanmoins, les systèmes de refroidissement par liquide sont généralement plus grands et plus difficiles à installer qu'un système type refroidi par air (ils sont également plus chers).

En plus du refroidissement général du système, vous devrez acheter un refroidisseur de processeur dédié. Les refroidisseurs de processeur sont proposés en version par air ou par liquide et sont montés directement sur votre processeur. Quand vous achetez un refroidisseur de processeur, il est important de vérifier qu'il est compatible avec votre processeur et que ses dimensions conviennent à votre système.

Conseil de pro : Dans un système refroidi par air, un nombre supérieur des ventilateurs n'améliore pas forcément le refroidissement. La qualité et l'emplacement des ventilateurs font la différence.

Périphériques

Les écrans, claviers, souris, casques et autres périphériques sont essentiellement une question de goût personnel. Vous n'avez pas besoin d'acheter ces produits avec vos composants, mais vous aurez besoin d'un écran, d'un clavier et d'une souris pour configurer votre système après l'avoir construit.

Conseil de pro : Quand vous choisissez vos périphériques, veillez à l'équilibre de votre système. En effet, si vous avez les meilleurs composants au monde, mais continuez à utiliser un écran 1080p à 60 Hz, vous ne profiterez pas pleinement de votre matériel.

Système d’exploitation

Dernier point, mais pas le moindre, il est nécessaire de se préparer à installer un système d'exploitation une fois que tous les composants auront été assemblés dans le boîtier. Un système d'exploitation est un logiciel essentiel qui contribue à la gestion des communications entre le matériel et les programmes d'un ordinateur.

Pour préparer le système d'exploitation de votre PC, déterminez au préalable quel système vous souhaitez installer sur votre PC et sauvegardez le dossier d'installation dans une clé USB. Télécharger le dossier d'installation de Windows* 10 ici. Si vous installez un système d'exploitation payant comme Windows, vous aurez besoin d'une clé de licence.

ÉTAPE 1 : INSTALLATION DU PROCESSEUR

Pièces/outils : carte mère, processeur

Sortez la carte mère de son emballage antistatique et placez-la sur votre surface de travail. Trouvez le connecteur (socket) du processeur, qui sera recouvert d'un capuchon de protection en plastique. Une petite flèche se trouve dans un coin du capuchon en plastique ou, plus souvent, sur le socket lui-même. Notez son emplacement.

Vous trouverez un petit levier métallique à côté du socket du processeur. Appuyez sur le levier puis tirez-le délicatement sur le côté (éloigné du socket) pour ouvrir le plateau du socket.

Ouvrez le processeur et retirez-le de son emballage. Manipulez le processeur avec précaution, car ce composant et son socket sont particulièrement fragiles. Tenez le processeur par les bords. Ne touchez jamais les broches situées en bas de la puce, car vos doigts pourraient apporter de la poussière ou de la graisse. Essayez également de ne pas toucher la partie supérieure de la puce.

Dans un coin du processeur, vous verrez une flèche. Alignez-la avec la flèche sur le socket et placez délicatement le processeur sur le socket. Une fois le processeur délicatement mis en place, vous pouvez abaisser le levier et le pousser pour le refermer. Contrairement au processeur, vous devrez peut-être forcer un peu pour abaisser le levier.

Conseil de pro : Vous n'avez pas besoin de retirer le capuchon en plastique. Quand vous installez le processeur, la tension de l'installation le fait sauter. Si vous essayez de retirer le capuchon vous-même, vous risquez de heurter et d'endommager les broches fragiles situées dessous.

Conseil de pro : Le processeur ne s'insère que dans un sens, sans forcer. Vous pouvez le déplacer légèrement pour le mettre en place, mais ne le poussez pas, ne le clipsez pas et ne forcez d'aucune manière pour insérer le processeur dans le socket.

ÉTAPE 2 (FACULTATIVE) : INSTALLATION DES UNITÉS DE STOCKAGE SSD M.2

Pièces/outils : carte mère, unité de stockage SSD M.2, tournevis cruciforme N°0, mode d'emploi de la carte mère

Si vous souhaitez installer un disque SSD M.2, c'est le moment de le faire. Commencez par localiser l'emplacement M.2 sur votre carte mère. Il s'agit d'un petit connecteur horizontal maintenu par une minuscule vis. Si vous ne le trouvez pas, si vous en trouvez plusieurs ou si vous ne prévoyez pas d'installer plusieurs unités SSD M.2, consultez le mode d'emploi fourni avec votre carte mère.

Retirez la minuscule vis avec un tournevis cruciforme N°0. Ne la perdez pas.

Faites doucement glisser le SSD M.2 pour l'insérer dans l'emplacement. Une fois bien inséré, il dépassera de la carte mère selon un angle d'environ 35 degrés. Poussez le SSD vers le bas, remettez la vis en place et serrez-la.

Conseil de pro : L'installation d'un SSD M.2 risquant de limiter d'autres configurations de stockage (en particulier les disques SATA et PCIe* AIC), veuillez consulter le mode d'emploi de votre carte mère avant de choisir une solution de stockage.

Dépannage : Si votre carte mère ne reconnaît pas le SSD M.2 que vous venez d'installer comme un périphérique de stockage, vous devrez peut-être le configurer dans le BIOS (suivez les instructions concernant le BIOS dans le mode d'emploi de votre carte mère).

ÉTAPE 3 : INSTALLATION DU SYSTÈME DE REFROIDISSEMENT DU PROCESSEUR

Pièces/outils : carte mère avec processeur installé, refroidisseur du processeur, pâte thermique, mode d'emploi du refroidisseur

On trouve différents types de refroidisseurs de processeur. Pour connaître les instructions d'installation complètes, consultez le mode d'emploi du système de refroidissement de votre processeur.

Certains refroidisseurs nécessitent un support de fixation. Si votre carte mère en possède un, vous devrez peut-être le retirer si votre refroidisseur n'en a pas besoin ou bien le remplacer si votre refroidisseur utilise un support de fixation différent. Faites-le avant de placer la carte mère à l'intérieur du boîtier.

Certains refroidisseurs sont fournis avec de la pâte thermique déjà appliquée sur le matériau conducteur (qui repose sur le processeur), mais ce n'est pas toujours le cas. Si ce n'est pas le cas de votre refroidisseur, vous devrez appliquer de la pâte thermique manuellement avant de mettre en place le refroidisseur. Pour appliquer la pâte thermique, déposez une petite goutte (pas plus grande qu'un grain de riz) au centre du processeur. Placez ensuite le refroidisseur sur le processeur ; la pression étalera uniformément la pâte thermique.

Conseil de pro : Déposez une première goutte de pâte thermique sur un morceau de papier pour éviter les débordements accidentels.

Conseil de pro : Si de la pâte thermique est déjà appliquée sur votre refroidisseur et si vous souhaitez en utiliser une autre, vous pouvez la retirer à l'aide d'alcool isopropylique à 90 % et d'un tissu non pelucheux (nous recommandons un papier absorbant industriel).

Conseil de pro : Quand vous fixez le refroidisseur à la carte mère, serrez les vis en croix pour garantir une pression régulièrement répartie. En cas de doute, ce processus sera probablement décrit en détail dans le mode d'emploi.

Dépannage : Si vous ratez l'installation, pas de panique. Nettoyez la pâte thermique (sur le dissipateur de chaleur du processeur et le refroidisseur), appliquez à nouveau de la pâte, puis recommencez l'installation.

ÉTAPE 4 : INSTALLATION DE LA MÉMOIRE (RAM)

Pièces/outils : carte mère, RAM, mode d'emploi de la carte mère

Déterminez le nombre d'emplacements RAM de votre carte mère (la plupart en ont deux ou quatre). Si vous prévoyez de remplir tous les emplacements RAM disponibles, insérez simplement la barrette de RAM. Si vous ne prévoyez pas de tous les remplir, consultez le mode d'emploi pour trouver la configuration correcte et remplissez les emplacements RAM en conséquence.

Conseil de pro : L'encoche entre les broches dorées n'est pas centrée. Assurez-vous d'aligner la barrette de RAM correctement en utilisant cette encoche pour identifier le haut et le bas.

Dépannage : Même si la RAM est relativement facile à mettre en place, elle ne s'insère pas toujours parfaitement la première fois. Si votre PC ne démarre pas, la première chose à faire est de refixer la RAM. Certaines cartes mères sont équipées d'une languette fixe (que vous n'avez pas besoin de déplacer) pour faciliter l'installation. Toutes les cartes mères ont au moins une languette clipsable, qui s'enclenche généralement en position et rentre dans une entaille sur le côté de la RAM.

ÉTAPE 5 (FACULTATIVE) : EFFECTUER UN TEST À L'EXTÉRIEUR DU BOÎTIER

Pièces/outils : carte mère avec processeur et refroidisseur de processeur installés, RAM, processeur graphique, bloc d'alimentation, tournevis, mode d'emploi de la carte mère, écran du PC (raccordé au processeur graphique)

Maintenant que vous avez installé le processeur et le refroidisseur, vous pouvez procéder à un petit test de vos composants pour vérifier qu'ils fonctionnent tous. En effet, ce test est beaucoup plus difficile à réaliser (et à corriger) une fois tout installé dans le châssis. Pour cela, installez le processeur graphique et connectez tout à l'alimentation (si vous ignorez comment installer le processeur graphique, reportez-vous à la section ci-dessous). Assurez-vous que l'alimentation est connectée à la carte mère (câble 8 et 24 broches) et au processeur graphique, puis branchez-la et mettez-la sous tension.

Certaines cartes mères plus haut de gamme disposent de boutons de mise en marche, mais de nombreux modèles n'en ont pas. Si vous ne voyez aucun bouton de mise en marche, localisez les broches de l'interrupteur (petites paires de dents sortant de modules colorés). Les broches de l'interrupteur peuvent être marquées (quelque chose comme « PWR_ON »). Pour mettre la carte mère sous tension, tapotez les deux broches en même temps à l'aide d'un tournevis.

Vous êtes maintenant en mesure d'identifier les éventuels composants en panne ou qui ne fonctionnent pas correctement. Si votre carte mère affiche des voyants clignotants ou émet un signal sonore, elle essaie probablement de vous dire quelque chose. Certains modèles sont équipés d'un affichage à deux chiffres pour vous aider à identifier le problème. Pour comprendre ce qu'elle essaie de vous dire, consultez le mode d'emploi. Si votre carte mère n'est pas dotée d'un affichage, connectez un écran au processeur graphique et vérifiez que le système « travaille » ou démarre et affiche le logo de la carte mère.

Une fois le test terminé, mettez l'alimentation hors tension et attendez que tous les voyants LED sur la carte mère s'éteignent pour qu'il ne reste pas de courant résiduel dans le système. Ensuite, désinstallez le processeur graphique et débranchez tous les câbles d'alimentation avant de passer à l'étape suivante.

ÉTAPE 6 : MONTAGE DE L'ALIMENTATION

Pièces/outils : bloc d'alimentation, boîtier, câbles du bloc d'alimentation, tournevis cruciforme N°2

Déballez le bloc d'alimentation (ou débranchez-le des composants si vous avez réalisé un test) et mettez ses câbles de côté (si possible).

Observez votre boîtier et déterminez l'emplacement où le bloc d'alimentation est supposé être installé (probablement en bas, à proximité de l'arrière) et la façon dont il doit être orienté. Dans l'idéal, il est orienté de façon à ce que son ventilateur se trouve face à l'extérieur du boîtier (devant un orifice d'aération). Si votre boîtier dispose d'un orifice sur le bas, vous pouvez monter le bloc d'alimentation à l'envers, à condition que l'orifice soit suffisamment ventilé quand le PC sera terminé.

Si votre boîtier n'a pas d'orifice d'aération, montez le bloc d'alimentation de façon à ce que le ventilateur soit tourné vers le haut (dans le boîtier) et vérifiez qu'il dispose de suffisamment d'espace libre.

Fixez le bloc d'alimentation au boîtier à l'aide des quatre vis fournies avec le bloc d'alimentation.

Si vous utilisez une alimentation non modulaire ou semi-modulaire, c'est le moment de faire passer les câbles fixés à travers le boîtier, là où ils doivent aboutir (si votre boîtier est doté d'un système d'organisation des câbles, utilisez-le).

ÉTAPE 7 : INSTALLATION DE LA CARTE MÈRE

Pièces/outils : boîtier, carte mère, panneau protecteur des E/S (s'il n'est pas fixé à la carte mère), tournevis cruciforme N°2, vis, mode d'emploi de la carte mère

Si votre carte mère est fournie avec un panneau protecteur des E/S (feuille de métal rectangulaire avec découpes pour les ports de la carte mère) non fixé, commencez par le mettre en place à l'arrière de votre boîtier (vérifiez qu'il est orienté correctement). Les bords du panneau protecteur des E/S sont généralement tranchants. Attention à vos doigts !

Une fois le panneau protecteur des E/S en place, vous pouvez installer la carte mère. Vérifiez encore une fois que tous les câbles passent au bon endroit, puis placez la carte mère (commencez par l'aligner avec le panneau protecteur des E/S). À l'aide d'un tournevis cruciforme N°2, serrez la première vis (celle du centre) pour maintenir la carte mère en place. Veillez à ne pas faire glisser la carte mère au-delà des entretoises fixées au châssis.

Le nombre de vis dont vous aurez besoin pour fixer la carte mère dépend du modèle, mais il faut généralement 9 vis pour une carte mère ATX pleine taille. Remplissez tous les trous de vis disponibles.

Connectez l'alimentation à la carte mère. On trouve deux connexions principales : un connecteur 8 broches situé vers le haut de la carte mère et un connecteur 24 broches sur le côté.

Conseil de pro : Avant de monter la carte mère, vérifiez que les entretoises pour carte mère sont installées dans le boîtier. Elles ressemblent généralement à un écrou avec un embout fileté. N'insérez pas d'entretoises inutiles.

ÉTAPE 8 : INSTALLATION DU PROCESSEUR GRAPHIQUE

Pièces/outils : carte mère, processeur graphique, tournevis cruciforme N°2, vis, mode d'emploi de la carte mère

Localisez le connecteur PCIe* x16 sur la carte mère. Il s'agit du plus long connecteur PCIe* et il peut être d'une autre couleur que les autres. Si votre carte mère possède plusieurs connecteurs PCIe* x16, consultez le mode d'emploi pour savoir si l'un d'entre eux doit être utilisé en priorité. Si vous pouvez utiliser n'importe quel connecteur, déterminez celui qui conviendra par rapport à l'emplacement des autres composants. En effet, le processeur graphique a besoin d'espace pour respirer.

Selon votre boîtier, vous devrez peut-être retirer les protections des E/S (petites languettes métalliques bloquant le panneau arrière du boîtier) pour loger le connecteur du processeur graphique (HDMI, DisplayPort, DVI, etc.) et le rendre accessible à l'extérieur du châssis.

Retirez le processeur graphique de son emballage antistatique et alignez-le soigneusement avec le support de fixation arrière et l'emplacement (slot) lui-même, puis insérez-le doucement dans l'emplacement PCIe* x16 (vous pouvez entendre un déclic). La languette PCIe* sur la carte mère peut être placée en position verrouillée si vous devez repositionner le processeur graphique.

Une fois le processeur graphique entièrement inséré, fixez-le à l'arrière du boîtier à l'aide d'une ou deux vis. Si votre processeur graphique requiert un connecteur auxiliaire, connectez-le à l'alimentation.

ÉTAPE 9 : INSTALLATION DU STOCKAGE

Pièces/outils : carte mère, unités SSD, disques durs, tournevis cruciforme N°2, vis, mode d'emploi du boîtier/châssis

Tout d'abord, vérifiez votre boîtier. Chaque boîtier est un peu différent en ce qui concerne les baies de disque.

Vous trouverez des baies de différentes tailles empilées quelque part à l'intérieur de votre boîtier. Certains modèles équipés de petits commutateurs en plastique ne nécessitent aucun outil, alors que d'autres ressemblent simplement à des supports métalliques.

Les disques de stockage sont généralement proposés en deux tailles : 2,5 pouces (disques durs et unités SSD) et 3,5 pouces (disques durs). La majorité des baies de 8 cm acceptent des disques de 6 cm, mais le contraire n'est pas vrai (certaines baies de 8 cm sont équipées de plateaux qui ne sont pas conçus pour les disques de 6 cm, mais peuvent loger des baies de 6 cm). Vous voyez peut-être des baies plus grandes dans votre boîtier. Elles sont destinées à des disques plus grands comme des disques optiques et se trouvent généralement à l'avant du boîtier, vers le haut.

Si vous avez des baies ne nécessitant pas d'outils, chacune est équipée de son propre levier ou commutateur en plastique. Ouvrez ou déverrouillez le levier ou le commutateur pour sortir le plateau. Placez votre disque dans le plateau. Certains plateaux 3,5 pouces acceptent des plateaux 2,5 pouces. Dans ce cas, vous aurez besoin de visser le disque 2,5 pouces au plateau 3,5 pouces pour qu'il ne bouge pas.

Remettez le plateau en place en le glissant dans la baie. Un déclic vous indique qu'il est inséré.

Si vous n'avez pas de baies ne nécessitant pas d'outils, vous verrez un support métallique (de grande taille, semblable à une feuille) comportant des lames ou des orifices. Pour placer un disque dans l'une de ces « baies », il vous suffit de le glisser entre le support métallique et le côté du boîtier, puis de le visser. Utilisez autant de vis que le mode d'emploi du châssis le recommande. Toutefois, si vous n'avez pas assez de vis, deux vis suffiront pour la plupart des disques.

Une fois tous vos disques en place, connectez-les à la carte mère (à l'aide d'un câble SATA, normalement fourni avec le disque ou la carte mère) et à l'alimentation.

Conseil de pro : Si vous avez du mal à trouver les baies ou à déterminer le type de baies qui se trouvent dans votre boîtier, consultez le mode d'emploi du boîtier.

ÉTAPE 10 : INSTALLATION DU SYSTÈME D'EXPLOITATION

Pièces/outils : PC, écran, souris, clavier, système d'exploitation sauvegardé sur une clé USB

Si vous n'avez pas déjà préparé votre système d'exploitation dans une clé USB, il est temps de le faire. (Voir la section ci-dessus sur les systèmes d'exploitation sous la rubrique « PREP 3 : Sélectionnez vos composants » pour en savoir plus.)

Branchez la clé USB qui contient le système d'exploitation, ainsi qu'un écran, une souris et un clavier, puis allumez votre PC.

Le premier écran qui s'affiche vous demande d'appuyer sur une touche pour accéder à la configuration système ou au BIOS. Appuyez sur la touche pour ouvrir le BIOS (si l'écran clignote trop vite pour que vous puissiez voir la touche, consultez le mode d'emploi de votre carte mère).

Commencez par vérifier que tous vos composants sont installés et reconnus. Trouvez dans le BIOS la page qui comporte les informations système de votre PC (les paramètres du BIOS dépendent de la carte mère, mais vous devriez trouver un écran avec ces informations) et vérifiez que le système reconnaît tout ce que vous avez installé jusqu'à présent.

Ensuite, parcourez le BIOS pour trouver la page Amorçage (qui peut être désignée « Ordre d'amorçage » ou « Priorité d'amorçage »). Changez l'ordre d'amorçage si votre clé USB apparaît en premier et si le disque sur lequel vous voulez installer le système d'exploitation (si vous utilisez une unité SSD comme disque d'amorçage, vous voudrez peut-être installer le système d'exploitation ici) est en seconde position.

Redémarrez l'ordinateur. L'ordinateur démarre à partir de la clé USB et le programme d'installation du système d'exploitation s'affiche. Suivez les instructions pour terminer l'installation.

Conseil de pro : Créez les fichiers d'installation du système d'exploitation à l'avance.

Dépannage : Si le PC ne démarre pas du tout, le problème vient peut-être de l'alimentation.

Dépannage : Si le PC se met en marche, mais si vous ne voyez rien à l'écran ou s'il ne semble pas démarrer, vérifiez que tous les câbles, en particulier ceux d'alimentation, sont branchés.

Conseil de pro : Si vous n'arrivez pas à entrer dans le BIOS avec le clavier, le problème vient probablement du clavier. Avant de paniquer, vérifiez que vos périphériques fonctionnent.

Dépannage : Si vous rencontrez des difficultés pour démarrer à partir de la clé USB, vérifiez que la carte mère convient au type d'installation que vous tentez d'effectuer. La plupart des plate-formes UEFI démarrent d'abord avec la partition UEFI.

CE N'EST PAS TERMINÉ...

Si vous avez suivi nos conseils et instructions jusqu'à ce stade, vous en avez terminé avec la construction de votre PC. Félicitations (surtout si c'est votre première fois) ! En revanche, le travail n'est pas tout à fait terminé.

Quand vous construisez votre propre PC de jeu, le travail n'est jamais vraiment terminé. C'est la plus grande satisfaction de cette activité. Aussi longtemps qu'il y aura des avancées sur le matériel informatique, la capacité de personnalisation d'un PC personnalisé est presque illimitée. Votre système peut être au niveau que vous désirez en fonction de vos besoins et de votre budget.

En vérifiant les configurations système requises pour un nouveau jeu qui vous plaira à l'avenir, pensez à ces opportunités. Le PC que vous venez de construire servira de base à toutes vos expériences de jeu à venir et la mise à jour de vos composants ne sera qu'une partie de plaisir en plus.

Maintenant que vous savez construire un PC de jeu, pensez à engager votre machine dans une lutte à part entière. Vous pouvez également apprendre à tirer le meilleur parti de votre construction grâce à des techniques avancées comme le surcadençage de votre processeur.

Acheter des processeurs Intel® Core™

Acheter des processeurs

Processeur Intel® Core™ i9-10900K

  • 20 MB Intel® Smart Cache Mémoire cache
  • 10 Cœurs
  • 20 Fils
  • 5.30 GHz Fréquence Turbo maxi
  • K - Unlocked
  • 10th Generation
Lancer la comparaison

Processeur Intel® Core™ i7-10700K (16 Mo de cache, jusqu'à 5,00 GHz)

  • 16 MB Intel® Smart Cache Mémoire cache
  • 8 Cœurs
  • 16 Fils
  • 5.10 GHz Fréquence Turbo maxi
  • K - Unlocked
  • 10th Generation
Lancer la comparaison

Processeur Intel® Core™ i5-10600K (12 Mo de cache, jusqu'à 4,80 GHz)

  • 12 MB Intel® Smart Cache Mémoire cache
  • 6 Cœurs
  • 12 Fils
  • 4.80 GHz Fréquence Turbo maxi
  • K - Unlocked
  • 10th Generation
Lancer la comparaison

Acheter des unités de stockage SSD Intel®

Acheter des SSD

Unité de stockage SSD Intel® Optane™ série 905P (960 Go, PCIe* x4 demi-hauteur, 20 nm)

  • 960 GB Capacité
  • HHHL (CEM3.0) Format
  • PCIe 3.0 x4, NVMe Interface
Lancer la comparaison
Lancer la comparaison

Unité de stockage SSD Intel® série 760p (2,048 To, M.2 80 mm, 4 PCIe 3.0, 3D2, TLC)

  • 2.048 TB Capacité
  • M.2 22 x 80mm Format
  • PCIe 3.1 x4, NVMe Interface
Lancer la comparaison

Unité de stockage SSD Intel® série 760p (512 Go, M.2 80 mm, 4 PCIe* 3.0, 3D2, TLC)

  • 512 GB Capacité
  • M.2 22 x 80mm Format
  • PCIe 3.1 x4, NVMe Interface
Lancer la comparaison

Infos sur le produit et ses performances

1 Intel décline toute garantie expresse et implicite, y compris, sans s'y limiter, les garanties implicites de qualité marchande, d'adéquation à un usage particulier et de non-contrefaçon, ainsi que toute garantie découlant du cours des performances, du cours des transactions ou de l'utilisation dans le commerce.
2Intel ne maîtrise et ne vérifie pas les données tierces. Vous devriez consulter d'autres sources pour évaluer leur précision. Les technologies Intel peuvent nécessiter du matériel, des logiciels ou l'activation de services compatibles. Aucun produit ou composant ne saurait être totalement sécurisé. Vos coûts et résultats peuvent varier.
3 Le fait de modifier la fréquence d'horloge ou la tension du processeur risque d'endommager ou de limiter la durée de vie du processeur et d'autres composants du système et de nuire à la stabilité et aux performances du système. Les garanties du produit peuvent ne pas s'appliquer en cas de fonctionnement du processeur au-delà de ses caractéristiques techniques nominales. Pour plus de détails, contactez le fabricant de l'ordinateur et des composants.