Comment la stratégie de modernisation de ses datacenters a fait économiser plus de 300 millions de dollars à Intel

Économies et efficacité d'un service informatique sur mesure

Points essentiels à retenir

  1. 1

    L'adoption rapide des nouvelles technologies accélère les stratégies

  2. 2

    Les déploiements ambitieux permettent d'éviter certains coûts

  3. 3

    Les métriques précises permettent les investissements informatiques ciblés

Quel est le meilleur moyen de faire fonctionner 145 000 serveurs dans 60 datacenters servant 105 000 salariés ? Le service informatique d'Intel (Intel IT) travaille sur cette question depuis des années. À l'évidence, la diversité des activités de la société pour ses fonctions commerciales essentielles (Design, Office, Manufacturing, Enterprise, Services, DOMES [Conception, Bureau, Fabrication, Entreprise, Services]) rendait irréalisable une approche unique.

Par conséquent, la stratégie employée par la société pour ses datacenters a régulièrement évolué pour permettre des investissements ciblés et ainsi obtenir un effet maximal. Au début de ce millénaire, l'accent était mis sur la migration des environnements RISC vers l'Architecture Intel® et, parallèlement, sur la normalisation de la conception des datacenters. Cette stratégie ayant contribué au contrôle des coûts, l'étape suivante a porté sur la croissance des investissements ciblés pour les activités DOMES, ce qui a mené à une approche proactive du remplacement des serveurs et de l'infrastructure.

« La solution NUMA-Booster a amélioré de 17 % le rendement du cycle de conception de puces »

Depuis 2010, une approche plus holistique du coût total d'exploitation (TCO) est en marche. Pourtant, pour y parvenir, les performances et capacités des divers composants au sein du datacenter (du serveur, stockage et réseau au système d'exploitation et middleware) devaient être évaluées. D'ailleurs, ce sont les mesures appliquées dans ces bancs d'essai qui ont lancé la transformation réelle des moyens de la société.

Auparavant, Intel mesurait l'utilisation des ressources informatiques en examinant l'occupation ou le chargement d'une ressource, même si cela ne constituait pas une représentation précise de l'efficacité du système. Par exemple, si un salarié ne se sert que de 4 Go d'espace de stockage sur les 10 disponibles, les 6 Go inexploités reflètent une utilisation inefficace de cette ressource de stockage. En plus, cela ne concerne qu'un seul utilisateur. Ces chiffres peuvent se multiplier rapidement. Il existe des scénarios similaires concernant la charge des serveurs et les traitements par lots, qui indiquent tous la nécessité d'une précision supérieure pour la mesure des ressources.

En établissant des indicateurs clés de performance (KPI), Intel s'est fixé comme objectif d'atteindre 80 % d'utilisation efficace de toutes ses ressources informatiques. Pour ce faire, la société a pris un tableau de bord existant servant au compte rendu de l'environnement de fabrication d'Intel et l'a adapté pour surveiller son parc de datacenters dans différents domaines tels que : CAO électronique-indicateur pertinent de performance par système (EDA-MIPS) ; capacité de stockage brute et utilisée ; espace, consommation et refroidissement des installations.

Les statistiques ne s'axent pas simplement sur les performances des datacenters, mais également sur la fonction opérationnelle. Le tableau de bord fournit également des outils de comparaison permettant d'examiner les métriques et les KPI de plusieurs datacenters afin d'identifier les domaines à optimiser et à améliorer, mais aussi d'informer les décisions de planification. Que demander de plus ?

Afin de ne pas perdre de vue ses objectifs, Intel a établi un modèle de rapport (MOR) qui reconnaît les améliorations annuelles en matière de technologies, de solutions et de processus, tout en évaluant les meilleurs résultats réalisables en termes d'accord de niveau de service (SLA), de coût et d'utilisation des ressources. Ces KPI dirigent les décisions d'investissement dans le sens de l'objectif du MOR pour l'année concernée.

Pour ajouter du piquant à la formule, l'approche « cassé/réparé » a été remplacée par la modernisation des datacenters. Intel n'investit plus dans des projets isolés, mais examine le TCO par unité de service, l'unité de service correspondant à l'une des activités DOMES et aux coûts associés à tous les aspects de la prestation, des serveurs installés dans le datacenter, du réseau et des installations aux logiciels, au stockage et au personnel.

Les données changent chaque année, avec l'activité Conception (Design) présentant un coût de personnel relativement modeste (20 %), un investissement considérable dans les serveurs (37 %) et de faibles demandes en matière de réseau (7 %). En revanche, les activités Bureau, Entreprise et Services (Office, Enterprise et Services) affichent des coûts de personnel supérieurs (28 %), des besoins minimes en matière de serveurs (4 %) et des exigences réseau importantes (31 %). Cette évaluation des coûts basée sur les services fournit une vue d'ensemble de l'activité. En tant que telle, elle est aussi holistique que possible.

L'un des résultats fut le développement de NUMA (Non-Uniform Memory Access)-Booster, solution qui a amélioré de 17 % le rendement du cycle de conception de puces en gérant mieux la planification de la charge de travail que le système d'exploitation par défaut. Déployée sur environ 30 000 serveurs, la solution NUMA-Booster a réduit la demande de 3 296 serveurs, ce qui correspond à 68 baies d'espace dans les datacenters. Ce chiffre vient s'ajouter à une économie d'énergie annuelle de 11,83 millions de kWh ou 7 014 tonnes métriques de CO2.

D'autres optimisations ont eu un effet similaire. Par exemple, la modernisation des systèmes de stockage a amélioré la capacité, le débit et l'utilisation, les unités SSD jouant un rôle essentiel dans cette stratégie. De même, l'actualisation du réseau local des datacenters avec 60 000 ports 10 Gigabit Ethernet a réduit la complexité (moins de cartes d'interface réseau sont nécessaires), tout en augmentant la bande passante de 400 % et en fournissant une plateforme plus réactive pour faire face à la croissance. Les installations ont également profité des systèmes de refroidissement plus efficaces et d'une approche plus attentive de la distribution électrique, avec près de 16 millions de kWh économisés en 18 mois.

En effet, ces dernières années, l'efficacité énergétique a représenté un facteur prépondérant pour parfaire la stratégie de modernisation des datacenters d'Intel, même s'il s'agit d'un processus continu d'amélioration. Les investissements ciblent précisément des domaines dans lesquels ils auront le plus d'impact, c'est-à-dire le type d'impact cumulatif qui a permis à Intel de créer une valeur supérieure à 321 millions de dollars entre 2010 et aujourd'hui. Ces stratégies représentent un véritable tour de force en matière de calcul intensif, à bien des niveaux.

Informations complémentaires :

Recevez nos guides de planification et ressources les plus populaires directement dans votre messagerie.

Abonnez-vous dès maintenant

Articles associés

Innovations qui se profilent à l'horizon : puces personnalisées, IA hautement optimisée et réalité fusionnée

En savoir plus

Les opérateurs réseau gagnent en efficacité, réalisent des économies sur les coûts opérationnels et proposent de nouveaux services

En savoir plus

Comment améliorer l'efficacité de mon datacenter ?

En savoir plus

Documents pertinents

Gérez la consommation et les coûts de votre datacenter avec la surveillance en temps réel de l'énergie et des ressources thermiques.

En savoir plus

Diminuez la consommation d'énergie de votre datacenter grâce à la surveillance en temps réel et à la gestion de l'énergie.

En savoir plus

Intel® Data Center Manager est conçu pour économiser de l'énergie, réduire les coûts et assurer un déploiement rapide.

En savoir plus